• Profession : Documentaliste

Billets de csidoc

La politique doit-elle devenir une affaire de femmes ?

Les scandales qui entachent la réputation des hommes politiques notamment autour de situations de harcèlement nous pousse à nous interroger : La politique ne devrait-elle pas devenir une affaire de femmes. C’est en effet le dossier spécial du Courrier international du mois de novembre qui se fait l’écho de plusieurs grands médias internationaux s’interrogeant sur la place des femmes en politique.

1463

Lire la suite

La surveillance, à quel prix???

 

Caméras de surveillances qui filment les moindres faits et gestes, des live quotidiens que chacun peut observer et commenter, des données stockées qui peuvent devenir publiques à n’importe quel moment… Dans le film The Circle, on nous  propose une vision cauchemardesque mais bien réelle de ce que notre obsession numérique peut faire de nous La transparence, le mal du Cercle . Au nom de l’honnêteté et de la transparence, on nous impose un besoin compulsif de tout partager, de s’exprimer, de montrer et surtout de savoir : l’héroïne accepte d’être filmée en permanence et le spectateur se retrouve tel un voyeur à suivre les moindres gestes et faiblesses d’une personne.

Ces dispositions de surveillance peuvent aussi avoir des implications sociales pour prévoir des évènements malheureux, réguler le trafic ou avoir des vocations citoyennes comme cette expérience faite à Nice :  A Nice, un citoyen peut devenir une caméra de surveillance  ou de nouvelles applications permettant de surveiller les maisons du voisinage : What if you could view your neighbors’ smart security cameras?

Et vous, qu’en pensez-vous ? Accepteriez-vous d’être sous constante surveillance pour le bien commun ou cela vous semble-t-il une atteinte aux libertés personnelles. En vous appuyant sur les articles ci-dessus et d’autres exemples de votre culture personnelle, vous argumenterez en tenant compte des avantages et des inconvénients.

Digital Month 2018: Internet rend-il méchant ?

Les avantages incroyables en matière de communication et de partage offert par l’explosion du numérique semble avoir un côté obscur. En effet, de nombreux cas d’école autour de violence verbale ou du cyberharcèlement sont régulièrement à la une des médias. Alors Internet nous rend-il plus agressifs, ou plus tolérants à l’égard de l’agressivité, dans nos discussions  ?

Lire la suite

Le multilatéralisme, héritage du XXéme siécle est-il encore possible ?

A l'occasion du centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale, nous vous proposons un édito spécial du Club Jean Moulin par M. Bonin, professeur de SES et de philosophie. 

 

 

La commémoration de l’armistice de la Première Guerre mondiale est l’occasion de s’interroger sur les changements que cette guerre a introduit dans les relations internationales (question portée par Bertrand Badie spécialiste des relations internationales). De la grande période des jeux d’alliances que nous qualifierons aujourd’hui de bilatéralisme, le traité de Versailles en 1919 va conduire à la création de la Société des Nations ou league of nation (SDN / LN). La société des nations trouve ses racines dans les Quatorze points du discours du 8 Janvier 1918 prononcé devant le Congrès américain par le président Woodrow Wilson (DOC COMPLÉMENTAIRE - PADLET) qui promeut notamment une “diplomatie franche et claire”, un recul du protectionnisme et de l’usage des barrière tarifaires, et surtout “une association générale des nations [qui] doit être constituée sous des alliances spécifiques ayant pour objet d'offrir des garanties mutuelles d'indépendance politique et d'intégrité territoriale aux petits comme aux grands États”. En 1919 à Paris, le Pacte de la Société des Nations est rédigé et s’articule autour de trois grands principes : faire respecter un droit international, abolir la diplomatie secrète, résoudre des conflits par arbitrage. La SDN marque une rupture essentielle dans l’histoire des relations internationales dans le sens où elle offre la possibilité de rechercher à maintenir la paix en ne faisant de la guerre que le dernier recours, en privilégiant un multilatéralisme qui veut mettre à pied d’égalité les pays dans des processus de négociation.

L’échec de la SDN (DOC COMPLEMENTAIRE PADLET) ne met pas fin à ce projet d’une assemblée des Nations puisqu’en 1945 les Nations Unies sont créées (DOC COMPLÉMENTAIRE PADLET) ainsi qu’une cours internationale de justice (CPJI) qui permet de régler des différends (exemple le droit de la mer), un Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (AGETAC- GATT en anglais) est signé en 1947 et deviendra l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Organe de règlement des différends (ORD) en 1995. En outre, on peut également souligner l’émergence du G5 en 1975 (Allemagne, France, Etats-unis, Japon, Royaume-unis) puis du G7 en  (Italie et Canada) puis du G20 en 1999, ainsi que les accords régionaux de libre-échang, qui favorisent une coopération multilatérale, comme l’Accord de libre-échange nord-américain en 1994 (ALENA) devenu en 2018 l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), l’Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), née en 1967, qui regroupe l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, le Brunei Darussalam, le Vietnam, la Birmanie et le Laos, et le Cambodge. Bien sûr ce tour de vue du multilatéralisme ne peut être complet sans parler de l’Union européenne qui est à la fois une zone de libre échange, un marché commun depuis 1957 (circulation libre des capitaux, des marchandises et des personnes), une Union économique et monétaire (UEM) depuis 1992 et surtout un projet d’intégration politique (harmonisation des normes relevant de compétences européennes par la commission européenne - élection au suffrage universel direct d’un parlement  européen, cours européenne de justice etc.) Ce modèle européen est sans aucun doute le modèle de multilatéralisme le plus accompli, modèle que ni la Chine ni les États-unis ne pourront jamais vraiment comprendre.

Néanmoins, depuis la création de la SDN et depuis le grand projet visionnaire de Wilson, force est de constater un recul des instances internationales et un recul du multilatéralisme. En 2016 Donald Trump remporte les élections sur le thème de America first qui va se traduire concrètement le 12 octobre 2017 par le retrait des États-Unis de l’UNESCO, le 14 mai 2018 par la décision unilatérale d’installer l’ambassade américaine à Jérusalem s’opposant ainsi à la résolution du Conseil de sécurité 478 adoptée en 1980 résolution demandant à Israël de mettre fin à l’occupation de Jérusalem. C’est le Plan de partage de 1947 qui institue Jérusalem comme “ville internationale”. Le 4 Août 2017, les Américain se retirent de l’Accord de Paris sur le climat (signé en décembre 2015),  retrait de l’Accord sur l’Iran -malgré les protestations de ses alliés européens, la re-négociation musclée du NAFTA, la crise de la nomination des juges à l’ORD - ou l’annexion de la Crimée en 2014 par la Russie aggravent la crise du multilatéralisme. La paralysie de la communauté internationale face à la crise syrienne qui laisse s’affirmer des puissances autoritaires au niveau régional (Proche-Orient/Moyen- Orient) comme la Turquie, la Russie et l’Iran, en les faisant apparaître comme des faiseurs de paix. Un renversement des rôles semble ainsi se mettre en place :  un président américain qui mène la charge en septembre 2018 contre le multilatéralisme dans son allocution devant les Nation Unies à New-York (“Nous défendons l’Amérique et le peuple américain. Et nous défendons également le monde : Chacun de nous, ici, aujourd’hui, est l’émissaire d’une culture distincte, d’une histoire riche et d’un peuple lié par les liens de la mémoire, de la tradition et des valeurs qui font que notre chez nous n’est comme nulle part ailleurs sur la planète. C’est pourquoi l’Amérique choisira toujours l’indépendance et la coopération plutôt que la gouvernance, le contrôle et la domination internationales”) et un  président chinois, Xi Jinping, qui revendique son attachement à la gouvernance mondiale devant le 19e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC) le 18 octobre 2017 (“Fidèle à la conception de gouvernance mondiale dite "concertation, synergie et partage", la Chine préconise la démocratisation des relations internationales et l'égalité entre tous les pays, qu'ils soient grands ou petits, puissants ou faibles, riches ou pauvres. Elle se prononce pour un rôle actif des Nations Unies, ainsi que pour le renforcement de la représentation et l'extension du droit de parole des pays en développement dans les affaires internationales”).

Monde à l’envers, nouvel “nouvel ordre international”, les questions aujourd’hui se pose sur les défis de ce “nouveau” multilatéralisme. Cette crise du multilatéralisme pose de nombreuses questions : comment faire face à la crise environnementale, à l’explosion des inégalités dans le monde, aux conflits illégaux et aux crises humanitaires si le seul rapport de force possible est la loi du plus fort que l’on retrouve dans le rapport bilatéral ?

 

1-Bilatéral - ce qui a deux coté. En relations internationales on parle de relation quand on parle d’un sommet franco-britannique par exemple et de bilatéralisme quand on privilégie des négociation d’Etat à Etat au lieu de négocier avec plusieurs pays en même temps ce qui définirait une négociation à plusieurs côtés c’est à dire le multilatéralisme.  

 

Lire la suite

Commémoration du 11 novembre

La grande guerre 1

Ne manquez pas notre expo itinérante au sein de l'établissement :

Img 7828

Nos projections :

Joyeux noel

The path of glory 1

 

La justice est-elle politique ?

Entre scandales financiers et affaires judiciaires, la sphère politique semble être aux prises de façon systématique avec la justice. Les scandales d’ordre privés ou financiers entachent la réputation des hommes politiques jusqu’à parfois stopper leur carrière comme le scandale DSK ou « l’affaire Penelope » qui a conduit au retrait de la candidature de François Fillon aux élections présidentielles.

D’un côté, les politiques semblent avoir un rapport personnel ambigu avec la justice. De par leur statut qui interdit parfois les mises en examen (comme c’est le cas pour le président de la République française) ou simplement par leur attitude,  Marine Le Pen a déjà refusé de se présenter devant la justice tandis que le président Macron s’insurge « Qu’ils viennent me chercher ! » C’est le cas aussi pour le dernier scandale politique en date avec les perquisitions visant la partie de la République en marche. Ainsi  Jean-Luc  Mélenchon dénonce dans un article de L’Obs  : "Pas de justice politique, mais une justice déséquilibrée"

De l’autre, on soupçonne la justice de ne plus être « indépendante » mais forcément assujettie au pouvoir en place.  Ainsi, sur le site média Atlantic, on s’interroge  « Pourquoi la question de la politisation de la justice française est devenu un enjeu brûlant pour notre démocratie » . Aux Etats Unis, la question de la nomination des juges de la cour suprême et le scandale lié à la candidature de Kavanaugh interroge également sur les relations entre le pouvoir politique et le « bras » de la justice : Brett Kavanaugh entre à la Cour suprême : Donald Trump peut crier victoire

Il semble en effet que les rubriques politiques des médias ne sont plus consacrées qu’aux « affaires » avec sources anonymes, lanceurs d’alerte et mise en accusation. La couverture médiatique de l’affaire du parti de la « France Insoumise » en est un bon exemple. Le journal gratuit 20 minutes met l’accent sur l’attitude du chef du parti Perquisitions: «Mélenchon copie Trump et Grillo en se parant des habits du populisme mondial» avec en sous titre «Mélenchon attire l'attention sur lui pour la détourner de l'enquête»

Et vous qu’en pensez-vous? En tenant compte de facon prise des différences entre le système judiciaire français et américain, est-il encore possible aujourd’hui d’avoir une justice « apolitique » détachée du pouvoir exécutif et capable de gérer les scandales politico-financiers notamment avec impartialité ? 

Chiffres de la semaine INA global