Club Jean Moulin: Le sujet du mois : Jusqu’où doit aller la communication politique ?

Le sujet du mois : Jusqu’où doit aller la communication politique ?

Le paysage politique mondial pose régulièrement la question de la communication politique. Etre un homme politique aujourd’hui, c’est travailler avec les médias pour construire une image Or la volonté des nouveaux élus politiques est souvent de se démarquer de la tradition précédente : Francois Hollande a voulu s’afficher en « président normal » après la présidence flamboyante de Nicolas Sarkozy.

Or dans le même temps ce culte de l’image voulu par l’homme politique est souvent en conflit avec les médias. La connivence longtemps entretenue entre le « quatrième pouvoir » médiatique et le politique est desormais finie. Le temps des secrets et du respect de la vie privee des hommes politiques est devenue une affaire publique. Dans une époque ou tout est affaire d’image, dans quelle mesure la communication politique peut-elle demeurée objective ou neutre ? C’est la question que se pose Maxime Tandonnet, spécialiste de la communication politique pour le Figaro, qui place le débat Les hommes politiques ont sacrifié le bien commun sur l'autel de la communication. On peut d’ailleurs relever la défiance des figures politiques par rapport aux médias en général. Les « spin doctors » toujours présents comme les hommes de l’ombre et spécialistes des images médiatiques n’ont plus le pouvoir d’influencer l’ensemble de la sphère médiatique. Les rapports sont inversés comme l’explique Pierre Zémor, Conseiller d’Etat honoraire et expert en communication publique et politique « La communication politique est devenue un monde en soi qui impose ses règles à la politique »  Le politique s’improvise d’ailleurs souvent médiateur sans intermédiaire par le biais de l’Internet ou des réseaux sociaux, avec des enjeux défiants parfois toute communication officielle. C’est le cas par exemple étudié sur le site des Décodeurs du Monde à propos de Donald Trump et Twitter, une utilisation compulsive et émotionnelle. En dehors de la ligne éditoriale ou du parti pris liés aux biais médiatique, un pas supplémentaire est franchi par la création de médias de communication politique comme celui du parti En marche d’Emmanuel Macron ou encore le Media, nouveau site qui revendique une indépendance éditoriale et une communication directe   

Et vous qu’en pensez-vous ? quel devait être le rôle des médias dans une démocratie et leur rapport avec le politique ? Un parti politique aurait-il le droit de s’improviser « media » à part entière  et ainsi s’offrir une maitrise totale de sa communication ? ou les dérives liées aux enjeux de la communication politique sont-elles trop risquées ?  

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau